QUI SUIS-JE ???

Publié le par dentelledebois.over-blog.fr

Je me présente :
 

mon nom est François DUSSAUT.

 

Je suis divorcé, je suis en retraite pour invalidité de la Poste

 

( ou j'ai finis ma carrière comme Receveur d'un bureau de Poste ).

 

j'ai 50 ans , je suis atteint de la Maladie de Parkinson que l'on m'a

  diagnostiquée il y déjà 11 ans en septembre 2000.

  La maladie de PARKINSON est encore de nos jours, une maladie incurable, évolutive et dégénérative, seulement et heureusement pour nous les Parki (c'est 1 des termes  que nous employons entre nous , sourire) , elle est ni contagieuse et ni mortelle.

 

Ouffffffffffff .....

 

En quelques phrases je vais tenter de vous en expliquer un peu plus.

 C'est une maladie vicieuse qui même quand vous ne le voulez pas

   elle vous rappelle qu'elle est accrochée à vous et ne compte pas vous lâcher .

 

 

  Un exemple vous ne pouvez souvez rien prévoir à l'avance.

 

  Aussi bien à un heure prècise tout ira bien , et 5 minutes après impossible de bouger.

 

Je me suis vu partir le matin à la boulangerie en marchant

 

complétement normalement (c'est-à-dire comme une personne 

  valide) et tout d'un coup sans prévenir un blocage terrible de ma 

  jambe gauche qui refuse tous les ordres que je veux lui demander.Donc dans ces cas là, j'ai trouvé 2 solutions :

- soit je reste assis en attendant que cela passe (mais celà peut

 

revenir qu'au bout d'une demi-heure voir plus) , alors en hiver

 

trouver un banc pour s'assoir à Evreux c'est pas le top .

 

- soit alors là ne riez pas c'est la vérité je pars en pas chassés et

 

comme miracle je me remets à marcher mais en pas chassés c'est-

 

à-dire de travers un peu comme un crabe ( vous imaginez les têtes

 

des gens qui me voient complétement bloqué et puis soudain ils me

 

regardent partir à grandes enjambées comme un crabe. 

 

 

INCROYABLE MAIS VRAI !!!!!!!!!!!!!

 

Nous autres les Parki nous n'avons pas de filtres pour les émotions :

 

les bonnes comme les nouvelles nous atteignent en pleine " poire " et

 

ensuite c'est une crise qui débute avec comme symptômes toujours

 

les mêmes qui reviennent

 

 EN PREMIER : L'AKINESIE,ce qui se traduit par,en schématisant,

 

une perte des mouvements automatiques,

 

 il y a aussi la RIGIDITE , les médecins l'appelle souvent

 

HYPERTONIE, c'est un symptôme à part entière qui contribue au

 

ralentissement du mouvement, mais qu'il ne faut pas confondre avec

 

l'AKINESIECes douleurs sont diversement ressentie.

 

Les malades se plaignent souvent de raideur, de tension musculaire,

 

d'ankylose ou d'engourdissement. 

 

On a souvent l'impression que notre machine(notre corps) est

 

grippée.Ces sensations deviennent très douloureuses, constrictives et

 

donner l'impression de siéger en profondeur des membres et surtout

 

au niveau des membres inférieurs où des crampes musculaires

 

surviennent très très douloureuses. Cette raideur peut concerner

 

tout le corps,mais elle se localise de préférence au niveau de la

 

colonne vertébrale et de la racine des membres.C'est pourquoi la

 

nuque, le dos, les jambes , et les épaules sont si souvent

 

douloureux : tout muscle contracté en permanence fait mal.

 

De plus l'AKINESIE est visible même en l'absence de mouvements,

 

l'hypertonie des muscles peut se voir en particulier au niveau des

 

membres du cou, où ils se font ressentir plus intensémement et où les

 

reliefs musculaires et tendineux sont plus saillants. Cette rigidité

 

parkinsonienne est responsable de la posture caractéristique de

 

certains patients parkinsoniens en position debout: le buste

 

penché vers l'avant, le dos voûté, le ragrd dirigé vers les pieds car le

 

cou est trop incliné.Les bras sont collés au corps, coudes fléchis et

 

mains posées vers le bas du ventre, les genoux et les hanches

 

également légèrement plièes, comme si on voulait s'accroupir. Plus

 

rarement un malalde peut pencher d'un côté.

  • le troisième symptôme est le TREMBLEMENT dit de repos.

 

Cest bien le seul symptôme parkinsonien qu'il n'est pas utile de définir.

 

Pourtant, si tout le monde a pu trembler un jour  - ne serait-ce que de frayeur-, le tremblement parkinsonien est tout autre.

 

S'il annonce souvent la maladie, il n'en constitue pas un élément

 

obligatoire : un patient sur cinq n'en sera jamais affecté. Il ne

 

touche souvent qu'un seul côté du corps et sa bilatéralisation peut

 

survenir après cinq ou dix ans d'évolution.La gêne entraînée par le

 

tremblement varie beaucoup d'un patient à un autre.Certains

 

malades, pourtant affectés d'un tremblement important, n'en font

 

même pas cas.Il est vrai que, le mouvement diminuant le plus souvent

 

ce tremblement , on peut donc continuer à conduire un tracteur,

 

bricoler ou même écrire.Mais hélas , souvent la gêne est plus sociale

 

que motrice. On associe couramment le tremblement à l'idée de

 

sénilité, de décrépitude, voire de démence.On conçoit qu'à cinquante

 

ou soixante ans, le patient essaie de cacher cette "tare" .Or c'est

 

justement en présence d'autrui, chez des amis, dans la rue, au

 

travail, que le tremblement se manifeste le plus, l'angoisse ne

 

faisant que l'aggraver.Certains patients savent ruser pour masquer

 

leur tremblements : ils mettent leur main dans la poche (pour ma

 

part en rendez-vous je mettais toujours ma main gauche dans ma

 

poche) en marchant, sous la fesse en s'asseyant, ou croisent les bras

 

de telle façon que la main " coupable " soit comprimée entre le coude

 

et les côtes.  

Je suis neuro stimulé depuis Juin 2008 ( c'est à dire que j'ai 2

 

électrodes dans mes 2 hémisphéres qui sont  reliées à un neuro

 

transmetteur qui envoie des impulsions électriques  ceci afin de limiter

 

les effets indésirables (dyskinésie,raideur, blocage etc...) des

 

médicaments après un certain temps de la maladie). En fait ce n'est

 

qu'un pacemaker pour le cerveau quoi.

 

 

 

A SUIVRE.........................

 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article